Les Poilus Cantalous

Nouvelle vie d'une famille très… poilue

Page 2 sur 11

Poilus associés

Breaking news
Poilus : je n’aurais pas du dire que les poilus allaient bien, Baz a du aller en urgence à la clinique mercredi soir. Le cœur ne se contracte plus totalement ! On a cru qu’il allait partir d’une crise cardiaque dans la nuit mais le revoilà en pleine forme depuis jeudi matin. Anouk a un coup de mou depuis hier après-midi, de peur d’une piroplasmose, je l’ai emmené consulter aujourd’hui mais rien de visible. On surveille la température…
Jardin : j’ai semé des fleurs ! À voir si ça va prendre. Je pense avoir aperçu quelques pousses débutantes de radis…
Coup de pied aux fesses : pas trop de succès dans la durée, je suis vite retournée à ma fatigue habituelle.
Santé : pas de carence en fer, mais alors, qu’ai-je donc ?
Bricolage : plus qu’à mettre une échelle et les poilus qui ronronnent pourront entrer et sortir à leur guise ! Ils peuvent déjà rentrer sans notre assistance, pratique quand ils s’octroient la permission de minuit !
Boulot : toujours en vacances, des fainéants ces profs.

Ce matin, en me rendant à la clinique pour renouveler le traitement de Baz (je m’y suis rendue une seconde fois l’après-midi pour emmener Anouk en consultation, si j’avais su !), j’ai eu une idée (ce qui m’arrive parfois).

Une fois que nous serons stable (le plus tôt possible, croisons les doigts), nous avons pour projet de monter une association de protection animale. Point « positif » si nous restons dans le Cantal : ça manque cruellement. Je réfléchissais, non pas à nos actions qui seront tournées vers les boules de poils ronronnantes, mais à nos possibilités de financement.
Épiphanie !
Pourquoi donc ne pas faire de l’auto-édition au profit de l’association ?
Je réfléchissais donc à un journal (trimestriel j’imagine si je le gère seule) dont l’abonnement papier ou numérique servirait à financer nos actions annuelles.
Quoi de mieux que de connaître à l’avance son budget pour le respecter ? Je ne me voyais pas lancer des cagnottes à longueur d’année et ne rien proposer en échange. Je ne sais pas si un journal aura du succès, lorsque l’on rédigeait une newsletter pour une association en passant via le forum, le seul retour que l’on avait vraiment était une suite de mail de personnes qui supprimaient leur compte… Encourageant !

Je pensais donc à un journal animalier, donnant des nouvelles de nos protégés et de nos actions, répondant à un courrier des lecteurs, faisant appel à des bénévoles pour donner du contenu, rédigeant des articles de santé ou de comportement basique (et bienveillant !)…
Mon esprit donnait vie à ce projet à 100%. Rien que d’y penser, j’ai hâte de m’y mettre !

Ce n’est pas pour tout de suite, ni pour les années à venir, mais pour « après ». Je ne sais pas dans quel état sera le monde à ce moment là, si la protection animale sera toujours encouragée (une part de moi espère que oui – le monde n’aurait alors pas sombré dans les ténèbres – et une part de moi se dit que ce serait chouette qu’il n’y en ait plus besoin et que le monde soit enfin responsable ! Mais il est plus que probable que ce ne soit pas le cas d’ici à ce que notre stabilité soit faite).
En tout cas, j’ai un projet. Il y aura sûrement plus de possibilités de le mettre en œuvre quand nous le pourrons mais, en attendant, je vous le demande : ça vous intéresserait ?

Énième coup de pied aux fesses

… N’en déplaise aux militants de l’éducation bienveillante.

Breaking news :
– Déménagement : bientôt un mois que nous sommes dans notre nouvelle maison ! Nous avons rendu les clés de l’ancienne. L’état des lieux de sortie était très éprouvant, je vais jouer à l’autruche.
– Couple : nous sommes pacsées ! Le contrat a été signé à la mairie d’Aurillac. Plus qu’à le fêter !
– FLE : je continue de donner des cours, j’ai de plus en plus de monde et ça se passe plutôt bien. Mes cours s’améliorent (merci les ressources en ligne) !
– Poilus : Baz a toujours une cardiomyopathie mais il se maintient. Le reste de la troupe va plutôt bien.
– Sport : ce matin, j’ai couru deux tours de parc ! Vous pouvez m’applaudir (bon, l’application sur mon téléphone dit que ça fait juste 3,66km).
– Santé : moins de douleurs (sauf quand je me couche tard) mais plus de fatigue, prise de sang demain matin pour voir si il y a une anémie. L’idée de pilules magiques qui me rendraient la santé me séduit…
– Jardin : deux lignes d’oignons rouges, une ligne de radis, deux lignes d’oignons jaunes et des pommes de terre qui germent tout doucement.
– Baptême de bus : j’ai pris le bus d’Aurillac pour la première fois.

Lundi après-midi, prise d’une soudaine impulsion (ainsi que d’une date limite pour rendre un livre), je suis allée à la médiathèque.
Ces derniers temps, j’avais du mal à trouver des livres pouvant capter mon attention, et puis ce jour là, j’en ai trouvé quatre d’affilés (je suis ensuite partie les enregistrer de peur de me retrouver avec un peu trop de lecture en attente).

J’ai commencé le livre de Doreen Virtue (ainsi que deux autres mais ce sont des romans), celle qui a entre autres écrit le livre sur les nombres des Anges qui me redonne parfois un peu de goût à vivre et qui a fait des jeux de cartes divinatoires (que je n’ai pas testé). Bon, j’ai appris ensuite qu’elle abandonnait la spiritualité telle que je l’entends. Tant pis.
J’ai donc pris un livre qui me parle plus ou moins « je n’ai pas le temps pour changer » (ou un titre de ce genre, je n’ai pas la force de partir regarder à côté de ma baignoire – OUI PARCE QUE J’AI UNE BAIGNOIRE MAINTENANT -). Ici, ce n’est pas vraiment le temps qui me manque (du moins, j’ai bien conscience de le gaspiller à attendre que quelque chose se passe), mais plutôt l’énergie et la confiance en moi.
Et donc ce livre m’a bien fait comprendre que si je ne faisais rien, il n’allait rien se passer, même si j’espérais très fort (j’espère beaucoup).

Ce message, je le connaissais depuis longtemps, mais j’avais du mal à l’intégrer. Il ne faisait pas écho en moi, j’attendais toujours le bon moment.
Force est de me rendre compte que je vais attendre longtemps que le « bon moment » arrive, surtout si je ne fais rien. Ce n’est pas me répéter de temps en temps que je vais devenir écrivain qui va écrire le livre (enfin, ça me permet toutefois d’écrire des articles sur mon blog sur le fait que les techniques données dans les bouquins marchent pas des masses et que je suis toujours HS).
Des excuses, je peux m’en donner plein, notamment sur ma santé. À force, je me rends bien compte que je ne peux pas espérer grand chose des médecins (surtout si je ne prends pas rendez-vous), ni des médicaments (ils apportent une aide non négligeable, mais à quel prix ? Je suis toute siphonnée maintenant), ni des thérapies alternatives (du moins, tant que je ne m’y implique pas à fond j’imagine). Je peux juste compter sur moi même, et c’est pas facile.

Du coup, je me relance dans l’écriture. Ma formation en FLE est un peu mise en suspend (je profite des vacances), principalement parce que personne ne me répond, aussi parce que je n’ai pas relancé.
Je dirais bien que je m’en occupe à la rentrée mais ça sonnera comme une excuse, alors je vais dire que je me consacre à des activités qui me sont plus importantes actuellement.

Grand rebond

Boum, boum…

Premier battement de cœur, premier univers.

Boum, boum…

Renaissances. Le cœur poursuit ses battements. Les univers se font et se défont.
Des milliards de vie s’éteignent, parfois.

Boum, boum…

Tout s’éteint pour tout recommencer. Petite mort dans l’attente du prochain battement, fin de tout dans l’attente du prochain grand rebond.

Boum, boum…

Et si notre univers n’était qu’un parmi tant d’autres, coincés entre les battements d’un cœur universel ?

Boum, boum…

Et si dans notre cœur nous portions chacun un univers ?

Boum, boum…

Des milliards et des milliards d’univers, qui se font et se défont sans cesse, qui s’arrêtent et qui repartent.
Multivers, multi-ères.
Des embranchements multiples.

Boum, boum…

Où sommes nous exactement ?

Projet professionnel

… Néant ?

Hobbes, en pleine sieste

Breaking news, toujours du vrac :
– Hobbes recherche sa famille pour la vie ! Il a décidé de vivre chez nous pour le moment. Bientôt, on recontrôlera le foie (croisons les doigts pour que tout soit revenu à la normale !).
– Pour Baz, ce n’est toujours pas ça. Une nouvelle prise de sang a été faite et envoyée en laboratoire pour tester la thyroïde. J’espère trouver des réponses à pourquoi ça ne va pas. Il allait mieux après 24h de perfusion mais depuis ce matin, il s’isole à nouveau dans la salle de bain. Résultat prévu pour la fin de semaine.
– Déménagement ? Nous attendons une réponse pour une maison située à Aurillac même. Croisons les doigts !
– Fiançailles ! Comme annoncé sur Facebook, Wane et moi nous sommes fiancées. Alliance ruban de Möbius de rigueur.

Gros pif !

Pour le moment, j’ai donné deux cours de FLE (Français Langue Étrangère).
Deux élèves la première fois, plus qu’une la deuxième fois, je ne sais pas comment je dois le prendre.
Je tâtonne, je m’adapte, je me heurte au manque de langue commune, j’apprends, je me demande si je continue, je me demande si je vais en faire mon boulot.

En tout cas, ça rend service (j’espère !).

Un autre rêve serait d’écrire, d’avoir l’envie d’écrire, et d’en avoir le talent. Et, tant qu’on y est, être rémunérée pour cela.
Étrange tout de même de vouloir avoir envie d’écrire.
Mon soucis ? Je ne sais pas vraiment quoi raconter ! Alors je lis, parfois beaucoup, parfois pas du tout (en ce moment, on est plus dans le pas du tout), espérant trouver l’inspiration.
J’attends toujours le moment où je pourrais me lancer à corps perdu dans l’écriture, je doute que ce moment vienne de lui même. Je crois plutôt qu’il faudra créer l’occasion !

En mars, j’ai rendez-vous à Cap Emploi, où l’on parlera sûrement de mes projets professionnels. La conversation partira sûrement sur le fait qu’elle ne sait rien de ces métiers, et que c’est à moi de me renseigner. Puis que c’est pas vraiment facile de trouver une formation.
J’ai l’impression d’y aller juste pour signer un papier et refuser les stages de recherche que l’on me propose. Je ne vois pas l’intérêt de ces stages, le dernier m’a dit que je pouvais faire ce que je voulais, ça ne m’a pas beaucoup aidé.

Enfin, peut être que je serai à nouveau malade la veille du rendez-vous et que je le reporterai pour la énième fois (j’ai eu un mois et demi de répit de cette façon la dernière fois !).

Pis en plus, faut aller jusqu’Aurillac, et payer le stationnement.

Les gens productif ne sont jamais en hiver.

Instant break news :
– Hobbes a du passer 24h à la clinique sous perfusion pour cause de fièvre, déshydratation, anorexie et soucis hépatique. Il est rentré samedi soir sans que l’on sache vraiment ce qu’il a, mais il a la forme et a repris du poids depuis. On continue donc le traitement !
– Baz n’était pas bien (apathie et anorexie), on a bataillé pour faire une prise de sang et il en ressort un cœur qui bat trop vite et une circulation sanguine qui ne se fait pas assez bien. On commence un traitement et contrôle en début de semaine prochaine. Il mange mieux depuis que je le traite pour une trachéite (en plus de son cœur).
– Il y a de la neige en quantité ! Ça ne déplaît pas aux chats (mais par contre, quand ils rentrent, ça ronfle !).
– J’ai mal partout et je me suis décidée à voir un autre ostéopathe. J’espère pouvoir voir également une réflexologue (mais pas remboursé par ma mutuelle 🙁 ). J’ai aussi repris rendez-vous chez le médecin pour continuer mais « ça va pas, faites quelque chose », sur un malentendu, ça peut peut-être marcher !
– Wane est en arrêt jusqu’à la fin de la semaine, on va profiter des deux semaines de vacances qui arrivent juste après. Si vous pouvez croiser les doigts pour que la rentrée se passe bien !
– Miss Teigne part chez ses adoptants la semaine prochaine ! Elle va nous manquer. On espère que tout se passera bien.
– Je donne mon premier cours de FLE demain, gloups.

 

La productivité, je connais, du moins, théoriquement. J’ai lu pas mal de livres dessus. Je sais ranger ma maison pour que tout soit plus claire dans ma tête et que mon environnement me laisse respirer, je sais comment ne plus procrastiner (on a bien dit théoriquement, je vous rassure), j’applique le Miracle Morning depuis le début de l’année au point où mon corps se réveille tout seul (et m’inflige cauchemars et migraines si jamais je ne me lève pas), je tiens mon Bullet Journal à jour avec des tonnes de liste…
Bref, j’essaye.

Et puis, il y a des moments où ça ne va plus. Ton corps te réveille à 5h30 et tu finis par te lever une heure plus tard, alerte, jusqu’à ce que tu te rendormes en pleine méditation. Tu notes consciencieusement tes listes de « choses à faire » et subsistent les points ou le vide. Pas de croix qui indiquent que tout a bien été réalisé.
Pas tellement de sensation de procrastination, on pourrait dire ouf, mais non, c’est juste que tu ne sais plus trop quand a commencé ta journée et quand elle s’est finie. Ni ce que tu as à faire.

L’épuisement est revenu avec la vague de froid. Décompensation : Wane va mal depuis plus de trois semaines, trois semaines à ignorer la fatigue. Je me sentais pousser des ailes, j’ai fait des choses que je ne pensais ne plus savoir faire, puis j’ai trop approché le soleil.
Pas grave, j’apprends à nager !

Le soleil est reparti après son bref passage, cinq gouttes de vitamine D au matin, avec le magnésium et la vitamine C. À optimiser.
Ça ne va pas, j’ai en tête tous ces livres, j’entends dans ma tête que je suis dans la spirale descendante. Comme toujours, c’est à moi de faire l’effort pour remonter.
Pourrais-je me sortir des 95% de la population comme le demande le Miracle Morning ? Pas en ce moment où je prie mon corps de me laisser dormir !
Culpabilisation, le revers des livres de développement personnel. Quand on est dans la spirale ascendante, tout va bien, quand on rechute… On ne doit plus compter que sur soi même au moment même où on se fait défaut.

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén