Les Poilus Cantalous

Nouvelle vie d'une famille très… poilue

Catégorie : Sur la route

Vadrouilles en vrac

Fille de prof’ (et copine de prof’), les vacances, c’est fait pour bouger.
Surtout les vacances d’été.

On s’est tout d’abord retrouvées avec mes parents dans les Pyrénées, même location que l’année dernière, les chats étaient de la partie cette fois ci :

Cookies observe les Pyrénées

Les montagnes sont toujours aussi hautes, faisant presque passer le Cantal pour un plat pays.

La valeureuse marcheuse brandit ses bâtons et d’un pas sûr, monta la montagne.
(En fait, non, c’était la pause)

On rencontre d’étranges créatures :

Bestiole bizarre

Erwane face au T-Rex du Val Louron !

Après cette escapade dans les Hautes-Pyrénées (soyons HaPy ! Beau jeu de mot du conseil général de ce département), nous sommes parties dans le Puy-de-Dôme (mieux vaut rester en Auvergne !) chez de la famille.

Au programme, des cascades :

Eau qui tombe fait de la mousse

Des rivières :

Chien qui patauge, surveille ton auge

On en a aussi profité pour se baigner dans le lac d’Aydat (mais j’avoue ne pas être très assidue aux séances aquaplouf familiales), pour regarder le ciel lors de la Nuit des Étoiles, pour acheter une énorme bombonne de chantilly (elle est presque finie, snif), pour se balader dans Clermont Ferrand (fait chaud), pour voir des amies (merci pour l’entrée aux thermes !) et pour faire des randos (sans photos !).

Sitôt revenues dans le Cantal, sitôt reparties pour 24h dans le Lot à Saint Cirq Lapopie. Visite du village médiéval (très euh… touristique ?), balade sur les chemins de halage, baignade dans le Lot (y a beaucoup de cailloux, bobos pieds), vin de  Cahors et retour dans la tente en titubant (enfin, presque !).
Malheureusement, pleine Lune oblige, pas trop le moment de regarder les étoiles…

Vue sur l’église en descendant sur le village par le GR

Vue sur Saint Cirq Lapopie

Le Lot !

Bon, maintenant, y a plus de sous et les poilus sont éreintés (nous aussi !). On va tranquillement attendre l’affectation d’Erwane et la rentrée scolaire. Il y a un risque que nous ne soyons plus cantaloues, Erwane pouvant être affectée un peu partout en Auvergne… M’enfin ! On va espérer rester près d’Aurillac (et ne pas avoir à déménager !)

Au niveau des poilus, Cookies passe ses derniers instants avec nous… depuis deux mois ! Plein de crasse sur la santé mais elle reprend du poil de la bête, c’était peut être encore une fausse alerte ? À voir quand on diminuera la cortisone 😉

Si on attend le moment où tout, absolument tout est prêt, on ne commencera jamais.

Se dépayser, ou l’action de changer d’environnement et/ou d’habitudes, consiste également à apprendre à cohabiter avec les mouches.

Juin 2016, le mois où j’achète ma première voiture, une Clio Break très pratique pour voyager avec les gens. Premier voyage où je parcoure la France de droite à gauche afin de déposer Dog dans sa pension avant de rejoindre la Vendée puis le pays de Brocéliande (quoique, si l’on veut pinailler, je n’étais ni totalement à gauche, ni totalement à droite).

WP_20160613_043
La dernière promenade dans le Val Sans Retour est synonyme de changements, rien ne sera plus jamais comme avant. Ce message n’était pas complètement faux.
Le retour dans le Nord amène une rupture et de là, l’envie de tout changer, de m’écouter, de partir… Trois jours passent, et je pars en direction de l’Auvergne pour y trouver un logement. A peine deux semaines plus tard, je posais mon futon dans mon nouveau logement.

WP_20160717_001

Retour dans le Cantal peu après avec mes affaires

En psychologie de comptoir, on pourrait relier ça à la fuite.
En creusant un peu plus, à un projet mis de côté que la rupture serait venue embraser.
Ou juste à une facilité de scénario, qui sait.

 

WP_20160813_007

Le bonheur du buisson de menthe !

Nous voici donc dans le Cantal, Anouk, Baz, Cookies, Dog et moi.

J’aspire – avec ce blog – à vous partager nos aventures, nos rencontres, nos projets, ou tout ce qui nous concerne de près ou de loin.

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén