Les Poilus Cantalous

Nouvelle vie d'une famille très… poilue

Catégorie : Photographie Page 1 of 3

Nouvel appart’ !

… Mais par contre, on est en face d’un camping et les touristes, on en a un peu marre.

Pour revenir sur la notion de responsabilité, est-ce responsable d’emmener en chien en vacances alors qu’il est réactif, qu,il est à l’attache « à l’arrache », sans surveillance et qu’il déboule derrière les haies pour agresser ?

Puis tout à l’heure, en partant en balade avec Anouk, quelqu’un me demande si elle est pure. Pure quoi ? Pure race ? Quelle race ? Non, pas la peine de l’embarquer, elle est croisée de chez croisés (presque à faire l’inquisition pour une meule de Salers) et en plus, elle est stérilisée.
Non mais ? …

Outre ces désagréments qui devraient partir à la fin de l’été (tout comme les fortes températures), ici, c’est sympa. Il y a des chemins de rando juste à côté, et des montagnes pas trop loin. L’appartement est assez grand pour avoir un bureau ET une chambre d’ami, puis on dort sous les toits donc on entend la pluie.
La rivière n’est pas loin, et elle est très agréable (sauf quand il y a des touristes).
Bref, on s’acclimate, on se met déjà à râler (contre les touristes).

Debian et Gentoo restent chez nous et commencent à sortir en harnais, et ils aiment un peu trop ça. J’ai mal géré et je me retrouve avec un seul harnais pour les deux, ce qui génère beaucoup de frustration ! Il faut que je les entraîne à sauter sur les épaules et par extension sur un sac à dos, puis à être transportés dans un sac (Debian avait l’air partant pour venir au marché dans le sac à main !). Le rappel est aussi un élément à travailler, même si pour le moment le « viens voir cette branche qui bouge » fonctionne plutôt bien.

On s’est décidée sur une deuxième poilus-mobile qui devrait leur plaire (à nous aussi vu qu’il y a la clim’ et que les déplacements en été sont horribles). Quand l’aura-t-on ? Là est la question (dans un peu moins d’une semaine si tout va bien !).

La catification se fait doucement, par manque de moyens ou parce que ce n’est pas la bonne période (au printemps, on tente le semis de vigne argentée ! A priori, c’est de la bonne pour les chats).

J’envisage de reprendre la course à pieds mais j’ai toujours des douleurs au ventre (au niveau des cicatrices) lors des efforts prolongés. Je pense que je vais attendre de récupérer un peu plus ! Il y a aussi des cours de Qi Gong ici. En fait, il y a plein de choses, dont une ostéopathe qui a facilement de la place, le grand luxe. (J’ai cru voir qu’il y avait de la réflexologie plantaire dans le secteur…)
J’espère que les choses vont aller vers un mieux, il y a eu plein de choses très nulles ces derniers temps, j’ai envie d’avancer (bien sûr, j’ai encore plein d’idées de métiers que je pourrais exercer).

Petit coup de pouce pour la cagnotte de Miko, qui est en accueil chez moi :
Cagnotte Leetchi pour les soins de Miko
Miko est un petit chaton trouvé il y a trois semaines entre une route et une voie de chemins de fer, il est arrivé chez moi en accueil le temps de le remettre sur pattes et de lui trouver une famille. Sauf que la partie « remettre sur pattes » semble plus compliqué que prévu : Miko a du aller aux Urgences véto jeudi dernier à cause d’une fièvre et de douleurs importantes ! Il avait consulté à peine une semaine avant mais… Il a eu plusieurs prises de sang (et du coup était beaucoup moins sympa au fur et à mesure) pour éliminer toutes les grosses pistes virales : il est négatif à tout ! Il a donc eu un antibio large spectre, à défaut d’un traitement ciblé (on devait cibler quoi ?), qui lui a permis de faire descendre sa température, ce que les anti-inflammatoires n’avaient pas permis (ouf !).
Il prend son traitement comme le chaton tout gentil qu’il est (juste à mettre le comprimé dans la bouche, il l’avale !), et on surveille sa température (bon, ça, il aime un peu moins).
On fera le point en milieu de semaine car il a également des vertèbres très douloureuses, on ne sait pas si ça vient avec le « pack » ou si c’est indépendant.
Sinon, j’avoue que je ne suis pas neutre sur l’intérêt de cette cagnotte car j’ai avancé les soins :p



« Ah, je crois qu’elle est bien gestante… »

Quand tu t’ennuies dans la vie, rien ne vaut des chatons.
Des chatons, c’est mignon. Aussi bien quand ça dort que quand ça bouge. Et puis, si tu sens que tu manques un peu de responsabilités, tu peux toujours négocier le passage d’un virus à la maison.

Bref, premier lundi d’une (courte) série (j’espère), McGonagall a une conjonctivite et un début de coryza ! Chaton sous le bras (OK, dans son panier), nous allons à la clinique. Pommade ophtalmique et gouttes homéopathiques. « Ah, et puis vous pouvez les utiliser sur les autres chats de la maison, ça évitera la contagion ! »
Je pense à Jiji. J’espère que son système immunitaire lui suffira, hein…

Le lendemain, pas de coryza pour Jiji, mais une démarche de chatte gestante et des mamelles bien dépilées. Appel au vétérinaire qui m’explique comment se passe la mise-bas.
Ok. Mais moi, je ne veux pas de mise bas.
Chaton sous le bras (d’accord, toujours dans son panier) et chien en laisse (depuis le temps que je faisais traîner sa consultation ostéo), direction la clinique. Pendant que la vétérinaire manipule Anouk à mes côtés, Jiji passe une échographie dans une salle voisine.
On finit la consultation, et la vétérinaire m’annonce le résultat de l’échographie.

« 3 ou 4… »

Jeudi matin, chaton sous le bras (OUI. LE PANIER.) que je dépose à la clinique pour une stérilisation et un avortement, non sans avoir le cœur un peu serré.
Finalement, les cornes utérines étaient vides (y a pas bébés), on aurait pu ne pas se presser pour l’opération et attendre que le virus soit parti.

Lundi suivant (dernier de la série, j’espère), chato… hum. Bref. Antibio, anti-fièvre, pommade ophtalmique et inhalation. Pour un chaton craintif. Non, les défenses immunitaires, avec la chirurgie, elles ont fait la gu**le.

Et donc, depuis lundi, j’essaye de ne pas trop me faire détester par Jiji.
Ça va, elle ronronne encore quand je la caresse (comment ça le ronronnement peut être émis pour se rassurer ? Je ne vois pas de quoi vous parlez !).

Jiji profite quand même du redoux.

Et joue à nouveau dans l’herbe avec McGonagall

McGonagall, crapule forever, pour rappel

Vadrouilles en vrac

Fille de prof’ (et copine de prof’), les vacances, c’est fait pour bouger.
Surtout les vacances d’été.

On s’est tout d’abord retrouvées avec mes parents dans les Pyrénées, même location que l’année dernière, les chats étaient de la partie cette fois ci :

Cookies observe les Pyrénées

Les montagnes sont toujours aussi hautes, faisant presque passer le Cantal pour un plat pays.

La valeureuse marcheuse brandit ses bâtons et d’un pas sûr, monta la montagne.
(En fait, non, c’était la pause)

On rencontre d’étranges créatures :

Bestiole bizarre

Erwane face au T-Rex du Val Louron !

Après cette escapade dans les Hautes-Pyrénées (soyons HaPy ! Beau jeu de mot du conseil général de ce département), nous sommes parties dans le Puy-de-Dôme (mieux vaut rester en Auvergne !) chez de la famille.

Au programme, des cascades :

Eau qui tombe fait de la mousse

Des rivières :

Chien qui patauge, surveille ton auge

On en a aussi profité pour se baigner dans le lac d’Aydat (mais j’avoue ne pas être très assidue aux séances aquaplouf familiales), pour regarder le ciel lors de la Nuit des Étoiles, pour acheter une énorme bombonne de chantilly (elle est presque finie, snif), pour se balader dans Clermont Ferrand (fait chaud), pour voir des amies (merci pour l’entrée aux thermes !) et pour faire des randos (sans photos !).

Sitôt revenues dans le Cantal, sitôt reparties pour 24h dans le Lot à Saint Cirq Lapopie. Visite du village médiéval (très euh… touristique ?), balade sur les chemins de halage, baignade dans le Lot (y a beaucoup de cailloux, bobos pieds), vin de  Cahors et retour dans la tente en titubant (enfin, presque !).
Malheureusement, pleine Lune oblige, pas trop le moment de regarder les étoiles…

Vue sur l’église en descendant sur le village par le GR

Vue sur Saint Cirq Lapopie

Le Lot !

Bon, maintenant, y a plus de sous et les poilus sont éreintés (nous aussi !). On va tranquillement attendre l’affectation d’Erwane et la rentrée scolaire. Il y a un risque que nous ne soyons plus cantaloues, Erwane pouvant être affectée un peu partout en Auvergne… M’enfin ! On va espérer rester près d’Aurillac (et ne pas avoir à déménager !)

Au niveau des poilus, Cookies passe ses derniers instants avec nous… depuis deux mois ! Plein de crasse sur la santé mais elle reprend du poil de la bête, c’était peut être encore une fausse alerte ? À voir quand on diminuera la cortisone 😉

Premier printemps…

… et probablement le dernier dans cette maison.
Je n’avais pas vraiment pensé me mettre en couple en emménageant dans ce trou paumé, je n’avais donc pas envisagé le fait de devoir trouver un emploi. Pas grand chose à Aurillac, il faudra bien faire nos bagages à un moment…

Pommier en fleurs

En février, suivant le calendrier lunaire, j’ai taillé mon pommier. Première taille pour moi, j’ai fait complètement au hasard avec le but de couper tout ce qui était à ma portée.
… Les pommes seront bien hautes !

Une fleur… inconnue ?

Des fleurs poussent de-ci, de-là… Nous étions parties presque deux semaines dans le Nord pour cette première quinzaine d’avril, quelle plaisir de retrouver le jardin plein de plantes ! (Bon, j’avoue que devoir retondre la pelouse, ça m’a plu moyennement !)

Ail des Ours plantés en novembre

L’Ail des Ours s’est bien plu sous l’arbre, il pousse bien et une partie finira dans la pizza ce soir !

Mon persil reprend vaillamment !

Le persil a bien tenu l’hiver, et reprend follement avec le printemps ! Du calcium ! Du calcium !

Thym planté de retour de vacances

Donation faite en mars (merci Evelyne !). Ne sachant pas si le déménagement serait rapide ou non (l’avenir professionnel restant très incertain), il avait attendu en pot. C’est en rentrant de vacances et en le voyant presque desséché que je me suis dite que je ne pouvais le laisser comme ça ! Il a donc rejoint l’ancienne butte des poireaux, près du persil et de la menthe (va-t-il aimer ? J’aurais du choisir plein soleil…)

La plante à Mojito

Le grand bonheur de ce retour, la menthe est revenue ! Comme la photo le montre, il manque quelques branches, fallait bien fêter ça avec un mojito !
La saison des mojitos reprend donc, de quoi supporter la longue attente avant le changement de vie…

Fleurs auto-présente !

Il faut les trouver ces orties !

Cachées derrière le cabanon du jardin, les orties ont voulu échapper à la soupière ! Ils passeront sous peu à la casserole, ce serait dommage de se priver de soupe d’ortie !

Toujours rien dans mon rectangle…

Faute de savoir si on déménage ou si on ne déménage pas, je n’ai encore rien planté dedans. Je l’avais préparé en avance, erreur… J’espère pouvoir le tester avant de partir. Je consulte sous peu mon calendrier lunaire pour voir ce que je peux faire… Il me reste des graines à planter en pleine terre !

On laisse la végétation pousser un peu…

La « prairie fleurie » du jardin ! L’herbe pousse peu à cet endroit, je laisse en friche, ça fait moins morne qu’un jardin tout tondu !

Ainsi s’achève (pour aujourd’hui !) les nouvelles des feuillus cantalous. Je ne sais pas combien de temps durera encore l’aventure (après il faudra changer de nom !) mais on va essayer d’en profiter !

Des jonquilles dans mon jardin !

Le printemps arrive, doucement.

Page 1 of 3

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén