Les Poilus Cantalous

Nouvelle vie d'une famille très… poilue

Catégorie : Brève Page 1 of 4

La justice des « justes »

Je ne sais jamais où me placer face aux actualités, je suis souvent d’accord et souvent en désaccord, et puis parfois, je suis aussi en désaccord avec mon accord.

Cela touche toute ma vie.
Pour exemple, dans le domaine de la linguistique et de l’informatique, il y a le faux-amis « digital » en français qui fait grincer pas mal de dents. L’utilisation des « technologies digitales » au lieu des « technologies numériques » s’explique par le terme anglais digit qui donne nombre en français.
Chose dont énormément de personnes se foutent, alors ça créée des débats de classe entre les « bons » qui utilisent numérique et le « péon moyen » qui va se contenter du faux-ami.

Et même sur ça, je n’arrive pas à m’entendre avec moi même : je trouve l’utilisation abusive des digitaux en tout sens à jeter à la poubelle (et même Digimon n’a pas osé faire de traduction en parlant de « digital monster » et donc en restant… en anglais) mais en même temps, je trouve ça nul de penser ainsi, que c’est faire du classicisme et que ben… l’usage fait force.
En bref, ça m’énerve mais je garde ça en moi et j’essaie de retrouver le calme intérieur en digérant (je ne vous raconte pas les soucis de digestion que j’ai en ce moment).

Je parle de ça suite aux débats autour de la restauration de Notre-Dame-de-Paris. Perso, j’en ai rien à faire et je trouve ça débile, mais selon une émission de radio (de mémoire) c’est parce que je suis dépressive et que donc rien ne m’émeut (mais je fais l’autruche sur pas mal de choses). Je regarde donc tout ce petit monde râler sur les donations obligatoires, et les crédits d’impôts, et la culture française, et la politique pour les SDF, aussi pour les migrants, et même la politique en général (et on attend toujours le discours de Macron si j’ai bien compris).

Et aussi parce que je lisais un livre qui m’a donné plein de citations inspirantes (un jour, je vous parlerai de l’histoire des citations inspirantes allant de la Grèce antique aux Paroles de Filles en passant par les Démotivateurs, peut-être) :

Ceux qui cherchent à tirer la couverture sur eux et à profiter de l’inégalité aggravent la laideur du monde, mais la laideur dans les relations entre les hommes vient principalement de la justice des justes. Pourquoi ? Parce que le mal le plus étendu, c’est la logique de ce petit moi qui juge, pèse et calcule, compare et revendique, et il est d’autant plus pernicieux qu’il se satisfait d’avoir la justice de son côté.

La Soif de l’essentiel – réza Moghaddassi

EDHEC’onne pas.

Haha, très drôle.

Quelqu’un

Dans un mélange du genre « pas de chance » et « ma chienne va me tuer », il a fallu que je sois aux Sables d’Olonne en même temps que les trophées Terre/Sable/Roche/Feu/Combat/Dragon (et aussi les Pokémons Psy) de l’EDHEC.

J’aime bien parce que Wikipédia donne déjà une idée de ce qu’il nous attend si on se renseigne dessus

Hier matin (enfin, en fin de matinée, il ne faut pas non plus exagérer), Anouk et moi avons pu assister au départ des bateaux du trophée Mer de l’EDHEC façon carnaval : musique à fond, danse sur le pont, chants divers et variés…
Pour peu, il y aurait eu la reine d’Angleterre :

https://twitter.com/byEmilyAndrews/status/1045662896112455685
(Oh, bah c’est cool ça)

Et donc, après la danse des canards qui résonne à fond dans le port, on peut entendre le doux son de la technos puis du métal avec des têtes qui bougent beaucoup.

Je n’ai pas fini !

Oncle Chan (série télé d’animation)

Mes grands-parents, toujours curieux, ont décidé de se rendre sur le village de 25 000m² accueillant les étudiants, au menu : de la bière, des pintes de bière (« ils viennent du Nord ! » explique mon grand-père), du ping-pong et diverses animations.

Mes grands-parents, un peu paumé dans tout ça ont donc enchaîné aller et retour entre l’appartement et le village étudiant, sentant le décalage générationnel entre eux et ces étudiants festifs (j’avoue, comme peuvent le montrer ces écrits, le ressentir également ALORS QUE JE NE SUIS PAS SI VIEILLE QUE ÇA).

Ayons de l’indulgence, ils seront peut-être les décideurs de demain.

Entraînons-nous aux pensées positives

Dans pas mal de livres sur le bonheur, il est écrit que cet état de bien-être s’obtient en partie avec l’exercice (et si vous avez un pool de gènes dans le même style que le mien, il vous faut beaucoup d’exercice, pardon, je dévie déjà des pensées positives).

Alors je vais essayer de lister des possibilités pour le futur qui me donnent le sourire (du moins, en partie, il y a aussi une angoisse du comment faire, du comment gérer, et du je-ne-vais-jamais-y-arriver) :
– avoir ma chérie avec moi (elle a eu l’académie de Clermont ! Plus qu’à attendre les résultats de l’intra et finir l’année scolaire en cours) ;
– acheter une maison (on devrait aller en visiter une pendant les vacances, dans le probable village où elle serait mutée) ;
– avoir des poules (ce qui va avec la maison) ;
– vivre avec une colonie de chats errants (stérilisés, bien entendu) ;
– voir des gens plus souvent ;
– m’investir dans une association ;
– créer des choses diverses et variées sur la base de l’up-cyclage ;
– monter des projets autour des animaux, de l’écologie, du bien-être, … J’imagine bien poser une yourte dans cette visée sur le probable terrain que l’on aura ;
– trouver une activité professionnelle stimulante (mais pas trop) ;
– écrire (le but, c’est de pouvoir spécifier « écrivaine » sur la fichàlakon de la mairie lors de notre mariage) ;
– trouver l’équilibre (dans la Force, tout ça) ;
– payer mes factures avec des sous que j’ai (j’accuse la dette énergétique là) ;
– dans le même genre, être au plus possible auto-suffisante ;
– expérimenter plein de trucs dans mon jardin et dans ma maison ;
– …

Puis il y a sûrement plein d’autres idées auxquelles je ne pense pas au moment d’écrire ici, ou alors des idées que je n’ai pas encore eue, je sais que tout risque de ne pas être réalisable mais rien qu’une partie me fera plaisir.
Je sais aussi que je monte plein de projets, qu’à partir de pas grand chose je peux partir sur un plan à long terme sans prendre en compte les contraintes et aussi que je peux presque tout laisser tomber en quelques secondes pour partir sur autre chose.

Et j’espère aussi améliorer mes compétences sociales, et arrêter de passer de tout à rien.

Horreur et désespoir, une nouvelle ère.

Le chat cantalou(p),
Arrive sans prévenir,
Disparaît tout à coup,
Laisse un tas de souvenirs.

[…]

Loin des gens qui se battent pour leur existence, loin du monde, loin de l’actualité…
Je fais face à une « réduction des effectifs félins » : Baz a du être euthanasié suite à de multiples complications s’ajoutant à sa maladie (aucun moyen de faire les examens nécessaires sans le mettre en grand danger, et puis, semblait-il qu’il en avait marre), Jiji a disparu peu de temps après – sans laisser de traces – et McGonagal a été tuée suite à un choc avec une voiture. Choc aussi pour nous, humains aussi bien que poilus.

J’ai l’impression de leur porter la poisse, ou que l’Univers me dit de poser sur le pied sur les poilus. Je ne sais pas trop.
Mon cœur me dit de ne pas les abandonner pour autant, alors je me dis « pourquoi ne pas faire une association d’aide aux associations de protection animale » ?
J’ai réfléchi à quelques trucs utiles comme des abris chauffés aux énergies renouvelables directement, ou des collectes d’aliments permettant de faire des pâtées complètes à distribuer dans les refuges. Ou… je ne sais pas encore. Je suis sûre que je peux trouver plein d’idées, juste, je souhaite que cela reste artisanal (en quelques sortes) et bénévole (dois-je rajouter des choses à mon précédent article ?). J’hésite encore sur le fait que ce soit des productions à vendre dans le but de donner les bénéfices à une association, j’ai du mal avec cette idée.
Si des personnes veulent en discuter, ont des indications juridiques à me passer, ont des idées, souhaitent participer avec leurs compétences sur tout autre chose mais dans l’idée d’aider… Ma boîte mail est ouverte : herin.marie(at)gmail.com 😉

La notion de l’argent : késako ce truc ?

Cette semaine, suite à des tragédies – qui virent un peu au comique de répétition, ha ha, c’est bon, merci, on arrête là – j’ai dépensé euh… Beaucoup.
Enfin, je sais pas trop.

Cette semaine, j’ai aussi signé un contrat avec une entreprise d’aide à domicile pour faire appel à une aide-ménagère. J’avoue, je le vis partiellement mal, vivement que l’on invente le dolorimètre.

Cette semaine, je me suis aussi rendue compte que je détestais vraiment passer par Le Bon Coin et que rien ne valait mon Emmaüs chéri d’Aurillac (la sortie shopping préférée d’Anouk).

Tout ça pour en venir à la notion d’argent. Et surtout, à cette question que je me pose : ai-je la notion de l’argent ? Et, plongeons un peu plus loin, est-ce que je veux de cette notion de l’argent ?

Pour moi, cette notion a toujours été corrélé à un travail que l’on effectue. J’ai entendu des gens dire que telle chose coûte autant que tel nombre d’heures de travail, on peut donc de là comprendre que les cadres trucmuches n’ont pas la même notion que l’employé au SMIC.
Et puis moi, je suis là avec mon AAH et ce que mes parents me donnent pour compléter (le montant de l’AAH est en dessous du seuil de pauvreté), et je me demande comment baser la correspondance. En me disant que telle chose à tel prix, c’est autant d’heures à supporter mes pathologies ?
Ça ne m’a pas l’air super cool comme façon de penser.

J’aime pas les choses pas cool, donc je vais me décider à ne plus penser à la notion de l’argent, sinon, quand je dépense de l’argent, c’est autant qui va sur mon karma aïejémal.

Décidons donc que l’argent, c’est une énergie qui nous ait donnés pour vivre dans la société actuel (certaines sociétés pratiquaient bien le sacrifice humain, donc bon, on n’est pas très loin de certains boulots troll inside). On peut stocker l’énergie pour plus tard en sachant que, malheureusement, elle perd un peu en puissance avec le temps (les livrets d’épargne ne couvrent pas le taux de l’inflation). Mais on finit par l’utiliser (ou, si ce n’est pas nous, c’est l’état, et peut-être nos descendants, un chouilla), et de là, je ne pense pas que ce soit super positif de faire peser dans la balance oui-non-est-ce-que-j’achète-ou-pas de la souffrance (en cherchant le truc sur l’étymologie de travail, je suis tombée sur cet article Médiapart : L’Arnaque de l’étymologie du mot « travail », même si je ne suis pas d’accord sur le fait de dissocier totalement étymologie et sens actuel – même si le sens se transforme pour une partie de la population, l’autre partie va garder le sens précédent et il risque d’y avoir rupture dans la communication – il est vrai qu’on ne peut pas vraiment être sûr de l’étymologie d’un mot, à moins d’être omniscient). D’ailleurs, on dit que ceux qui gagnent énormément perdent la notion de l’argent, peut-être parce qu’ils ne peuvent plus calculer le quota souffrances possibles/prix de l’achat ?

Bref, arrêtons de nous poser des questions sur l’utilisation de la souffrance qui, pour moi, va de paire avec la « notion de l’argent ».
Dans certains courants de bien être/spiritualité, il est dit de plutôt s’imaginer avec des comptes bancaires bien remplis (pour ceux du fond, on évite les paradis fiscaux s’il-vous-plaît), au cas où ça arriverait (bah oui, il faut libérer ses énergies, ses chakra, et son porte-monnaie, ou imaginer son porte-monnaie comme le sac sans fond de Mary Poppins ou, plus récemment, d’Hermione Granger).

Je vais revenir sur le fait que l’argent semble être une énergie dans notre conception du monde, elle est là, alors pourquoi ne pas l’utiliser pour l’alimenter d’autres énergies ? « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » tout ça, tout ça, pourtant, il semblerait que la société ait préféré la transformer en plastique ou autres trucs pas sympas qui pullulent sur la planète à la place des trucs sympa (bon, entre un orang-outan et un pot de pâte à tartiner à l’huile de palme dans ma cuisine, j’avoue que je choisirai plutôt la politique consumériste des choses, quoique, ça peut être sympa un orang-outan, mais je ne pense pas que le climat du Cantal lui convienne) (ah ah, on peut écrire « les orangs-outans » et « les orangs-outangs »).

Et puis j’ai arrêté d’écrire cet article dans un moment d’angoisse sur plein d’autres choses, mon compte en banque est mort de chez mort, j’en déduirai bien que j’ai la notion de l’argent mais mon esprit est là en train de me dire « oh, ça c’est bien cool ».
Puis Hobbes est malade, un calicivirus a priori, donc dans ma tête je me dis qu’il faut faire une PCR pour être sûr de chez sûr, et Anouk n’est pas bien, j’ai donc réussi à trouver une praticienne EMDR dans le Puy-de-Dôme et une maison qu’Anouk connaît et où elle est à l’aise pour faire la séance de mise en place du processus et tout et tout. Et lui commander des compléments parce qu’il y aurait peut-être des carences selon les symptômes qu’elle montre.
Et tout ça, bla bla.

Je crois que je suis fatiguée, sans énergie.

Page 1 of 4

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén