Je ne sais jamais où me placer face aux actualités, je suis souvent d’accord et souvent en désaccord, et puis parfois, je suis aussi en désaccord avec mon accord.

Cela touche toute ma vie.
Pour exemple, dans le domaine de la linguistique et de l’informatique, il y a le faux-amis « digital » en français qui fait grincer pas mal de dents. L’utilisation des « technologies digitales » au lieu des « technologies numériques » s’explique par le terme anglais digit qui donne nombre en français.
Chose dont énormément de personnes se foutent, alors ça créée des débats de classe entre les « bons » qui utilisent numérique et le « péon moyen » qui va se contenter du faux-ami.

Et même sur ça, je n’arrive pas à m’entendre avec moi même : je trouve l’utilisation abusive des digitaux en tout sens à jeter à la poubelle (et même Digimon n’a pas osé faire de traduction en parlant de « digital monster » et donc en restant… en anglais) mais en même temps, je trouve ça nul de penser ainsi, que c’est faire du classicisme et que ben… l’usage fait force.
En bref, ça m’énerve mais je garde ça en moi et j’essaie de retrouver le calme intérieur en digérant (je ne vous raconte pas les soucis de digestion que j’ai en ce moment).

Je parle de ça suite aux débats autour de la restauration de Notre-Dame-de-Paris. Perso, j’en ai rien à faire et je trouve ça débile, mais selon une émission de radio (de mémoire) c’est parce que je suis dépressive et que donc rien ne m’émeut (mais je fais l’autruche sur pas mal de choses). Je regarde donc tout ce petit monde râler sur les donations obligatoires, et les crédits d’impôts, et la culture française, et la politique pour les SDF, aussi pour les migrants, et même la politique en général (et on attend toujours le discours de Macron si j’ai bien compris).

Et aussi parce que je lisais un livre qui m’a donné plein de citations inspirantes (un jour, je vous parlerai de l’histoire des citations inspirantes allant de la Grèce antique aux Paroles de Filles en passant par les Démotivateurs, peut-être) :

Ceux qui cherchent à tirer la couverture sur eux et à profiter de l’inégalité aggravent la laideur du monde, mais la laideur dans les relations entre les hommes vient principalement de la justice des justes. Pourquoi ? Parce que le mal le plus étendu, c’est la logique de ce petit moi qui juge, pèse et calcule, compare et revendique, et il est d’autant plus pernicieux qu’il se satisfait d’avoir la justice de son côté.

La Soif de l’essentiel – réza Moghaddassi