Les Poilus Cantalous

Nouvelle vie d'une famille très… poilue

Horreur et désespoir, une nouvelle ère.

Le chat cantalou(p),
Arrive sans prévenir,
Disparaît tout à coup,
Laisse un tas de souvenirs.

[…]

Loin des gens qui se battent pour leur existence, loin du monde, loin de l’actualité…
Je fais face à une « réduction des effectifs félins » : Baz a du être euthanasié suite à de multiples complications s’ajoutant à sa maladie (aucun moyen de faire les examens nécessaires sans le mettre en grand danger, et puis, semblait-il qu’il en avait marre), Jiji a disparu peu de temps après – sans laisser de traces – et McGonagal a été tuée suite à un choc avec une voiture. Choc aussi pour nous, humains aussi bien que poilus.

J’ai l’impression de leur porter la poisse, ou que l’Univers me dit de poser sur le pied sur les poilus. Je ne sais pas trop.
Mon cœur me dit de ne pas les abandonner pour autant, alors je me dis « pourquoi ne pas faire une association d’aide aux associations de protection animale » ?
J’ai réfléchi à quelques trucs utiles comme des abris chauffés aux énergies renouvelables directement, ou des collectes d’aliments permettant de faire des pâtées complètes à distribuer dans les refuges. Ou… je ne sais pas encore. Je suis sûre que je peux trouver plein d’idées, juste, je souhaite que cela reste artisanal (en quelques sortes) et bénévole (dois-je rajouter des choses à mon précédent article ?). J’hésite encore sur le fait que ce soit des productions à vendre dans le but de donner les bénéfices à une association, j’ai du mal avec cette idée.
Si des personnes veulent en discuter, ont des indications juridiques à me passer, ont des idées, souhaitent participer avec leurs compétences sur tout autre chose mais dans l’idée d’aider… Ma boîte mail est ouverte : herin.marie(at)gmail.com 😉

Précédent

La notion de l’argent : késako ce truc ?

Suivant

Entraînons-nous aux pensées positives

2 Comments

  1. babeth

    c’est une bonne idée marie! il n’y a pas de mal à en tirer un peu de sous, cela ne fera pas de toi une capitaliste, seulement des sous qui rentrent pour les frais de foctionnement 🙂

    • Phnix

      Je pense juste vendre au coût des matériaux/des énergies utilisées pour les associations. La vente d’objets upcyclés pourrait servir à lancer le projet. Tout comme continuer à vendre par la suite permettrait un fond de roulement à l’asso.
      Je ne sais pas trop, et je ne peux pas vraiment le décider moi même, tout dépend de où on sera/de la maison que l’on trouve.
      Il faut juste que j’arrête d’avoir 1000 projets à la fois et que je trouve le bon avant de tout lancer !

Les commentaires sont fermés

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén