Je viens de relire mon article de novembre, ça semblait être la grosse catastrophe donc je me suis dite qu’il faudrait peut-être que je donne des nouvelles.

J’ai passé presque deux mois chez mes parents dans le Nord, j’ai juste atterri une fois aux Urgences pour une angine avec de fortes poussées de fièvre (et des douleurs beaucoup plus importantes). Ils n’ont pas beaucoup aidé au final.
Le médecin familial a pu me prescrire un nouveau traitement qui a bien diminué les douleurs. On sait donc que les douleurs sont neuropathiques. J’ai passé des examens qui ne montrent pas grand chose, et j’ai une ordonnance pour voir une gastro-entérologue. J’ai rendez-vous la semaine prochaine.

Dans les bons mots de mon ex-médecin traitant du Cantal, lors de la dernière consultation, il m’a demandé où en était ma recherche de travail.
Je n’ai pas osé lui répondre que je suis maintenant désinscrite de Pôle Emploi, parce que si je mets trois jours à trouver l’énergie pour aller faire les courses (et finir par rentrer en pleur chez moi), je ne suis pas sûre de pouvoir aller travailler.
Du coup, le lendemain, je me suis réveillée avec une migraine carabinée assez forte pour me faire vomir dès que je me levais. J’ai essayé de prendre des médicaments, c’est ressorti dans le même état. J’ai trouvé ensuite la technique pour prendre du Lyoc (les prendre après avoir vomi et être retournée dans mon lit) mais ça n’a pas eu grand effet.
Finalement, une ambulance est venue me chercher pour m’emmener aux Urgences. Ils étaient plutôt sympa, quand je leur ai dit que le Paracétamol ne fonctionnait pas sur mes migraines, ils ont essayé autre chose au lieu de me sortir le classique « mais si, vous verrez, en intra-veineux ça ira ! ».
Je suis ressortie avec une ordonnance pour une IRM.

Deux semaines plus tard, je fais donc mon IRM (après avoir passé une semaine en Haute-Savoie avec deux super copines et leurs huit chiens, c’était fun !), je craignais pour le produit de contraste mais l’infirmier était top et j’ai failli m’endormir dans la machine.
Je peux recommencer quand vous voulez !

Quelques jours plus tard, je récupère le compte-rendu, pas de tumeurs ! Mais deux points à explorer :
– un cervelet qui est affaissé, pas assez pour être classé dans une malformation de Chiari type 1 mais en regardant les symptômes, je m’y retrouve pas mal…
– une inflammation des mastoïdes, bon, là, je suis un peu vénère parce que pas mal de médecin ont vu qu’il y avait un soucis, on m’a sorti le nom de mastoïde mais en ne faisant rien (alors que ça me cause régulièrement des douleurs ORL). Internet me dit que ça se résout par des injections d’anti-bio mais que si c’est présent depuis longtemps, il faut passer par une chirurgie… Ça doit peut-être faire 10 ans que j’ai eu les premiers symptômes je crois ?
Bref, il faut que je demande une ordonnance pour aller voir un ORL.

Sinon, il y a des jours où ça va, des jours où ça ne va pas. Quand ça va, je pars me balader avec Anouk. J’ai abandonné le reste de mes activités, je poursuis ma recherche de diagnostic cependant.