Breaking news :
– CAPES : nous sommes actuellement à Nancy, Wane passe les oraux du CAPES jeudi après-midi et vendredi matin, on accepte les prières, les doigts croisés et sacrifices de chocolat !
– BAZ EST TOUJOURS EN VIE : bon, là, il est chez une très bonne amie à Clermont-Ferrand, vivement que l’on puisse le retrouver vendredi ! Anouk est avec lui, les trois jeunes sont restés à la maison.
– Jardin : mon potager ressemble à un tas de mauvaises herbes mais je l’aime comme ça ! Les radis sont en train de pousser, depuis la confiture de fraise on a pu faire deux tartes aux fraises, ma voisine m’a gentiment donné des mini laitues à replanter, bref, il fait sa vie ! (Puis j’ai enfin mis en terre mes potirons.)


Actuellement, je lis « Changez vos pensées, changez votre vie », une interprétation du Tao (Lao-Tseu) selon le Dr Wayne Dyer.
Également, je regarde la chaîne YouTube CrashCourse. Je viens de finir la suite de cours sur les médias (et comment s’en protéger).

Pourquoi je parle des deux ?
Une interprétation du 30ème verset du Tao (traduction de l’auteur) parle du non usage de la force, ce qui inclue de ne pas s’y exposer, directement ou par les médias. Cela fait écho avec l’effet de « bulle filtrante »/ »chambre à écho » (plusieurs termes existent) : des algorithmes choisissent pour nous ce que l’on veut ou ne pas voir.

Celui qui doit guider un meneur d’hommes dans les dédales de la vie le préviendra contre l’utilisation des armes pour des fins de conquêtes, car les armes se retournent souvent contre ceux qui les brandissent.

Là où des armées s’établissent, la nature n’offre que des ronces ou des épines.
Après une longue bataille, le sol est maudit, les récoltes avortent, la terre est dépouillée de son caractère maternel.

Une fois que vous avez atteint votre but, vous ne devez pas faire étalage de votre succès, vous ne devez pas vous vanter de vos habiletés, vous ne devez pas éprouver de fierté ; vous devez plutôt regretter de ne pas avoir été en mesure de prévenir la guerre.

Vous ne devez jamais envisager de conquérir les autres par la force.
Tout ce qui s’appuie sur la force finit bientôt par se décomposer.
Cela n’est pas en accord avec la Voie.
Et celui qui n’est pas en accord avec la Voie, sa fin ne se fait pas attendre.

Voilà pour le 30ème verset (traduction de traductions à vrai dire), maintenant, le conseil final du Dr Dyer :

Tout comme on vous invite à changer le regard que vous posez sur le monde, changez de station quand vous tombez sur une émission de télévision ou de radio qui présente des images ou des sons associés à la force ou à la violence. Puis élargissez cette ligne de conduite pour inclure les films, les vidéocassettes et les jeux vidéos qui contiennent des scènes de violence, des meurtres et des poursuites en voiture.

Le conseil me semble carrément conservateur ! Bien que j’approuve d’une part l’idée de ne pas se surexposer inutilement (pour ne pas atteindre le seuil d’impuissance acquise par exemple), pour moi, il reste important de s’informer.
Je ne débattrais pas sur le fait de s’exposer ou non aux jeux vidéos/films violents autrement par le fait que nous sommes – je pense – plus ou moins en mesure de faire la part des choses. Une des choses qui faisaient bien rire Fred était que – bien que végétarienne et militante de la cause animale dans la vie réelle – je prenais un « plaisir sadique » à taper et tuer de pauvres animaux innocents dans certains jeux vidéos. Ouais, je dois refouler grave.

Pour moi, s’informer est une « mesure de prévenir la guerre » et non une exposition délétère à la violence. Il est à chacun de trouver sa limite entre « j’en sais suffisamment pour agir » et « je suis désarmé(e) face à tout ça, je ne peux plus agir ». Bref, ce n’est ni blanc ni noir (oh, le Yin-Yang !).

Pour revenir sur mon vécu à Aurillac, j’ai rejoint un peu par hasard la Cimade pour apporter des cours de FLE bénévolement. Je ne donne pas cours en ce moment, c’est un peu trop le bordel dans ma vie et malheureusement ma santé me joue un peu des tours, mais j’assiste à certaines permanences et me retrouve donc confrontée à « la réalité du terrain » (si seulement les tracts de l’extrême droite étaient vrais…).
Être informée de ce qu’il se passe et être en position active pour agir (bon, mon activité, c’est plutôt faire des photocopies, faute d’avoir des connaissances en droit, mais j’apprends petit à petit) donne envie d’agir, un peu contre des moulins à vent, il est vrai, mais avec un peu plus de résultats. C’est ensuite la maîtrise de soi même qui permet d’agir dans la non-violence (et la tenue de ce foutu égo j’imagine, j’ai encore du boulot !).

Par contre, quand je vois le préfet s’auto-congratuler de « l’ordre nationale du mérite bla bla » envoyer une OQTF (Obligation de Quitter le Territoire Français) à des ados de lycée en train de se forger un avenir en France faute de ne pouvoir connaître que la violence dans leur pays d’origine, ça me fout un peu en colère, vous pouvez en savoir plus en suivant ce lien (et vous pouvez également signer la pétition, on sait jamais) :
Soutenez des jeunes lycéens guinéens et malien qui vont être expulsés