Se dépayser, ou l’action de changer d’environnement et/ou d’habitudes, consiste également à apprendre à cohabiter avec les mouches.

Juin 2016, le mois où j’achète ma première voiture, une Clio Break très pratique pour voyager avec les gens. Premier voyage où je parcoure la France de droite à gauche afin de déposer Dog dans sa pension avant de rejoindre la Vendée puis le pays de Brocéliande (quoique, si l’on veut pinailler, je n’étais ni totalement à gauche, ni totalement à droite).

WP_20160613_043
La dernière promenade dans le Val Sans Retour est synonyme de changements, rien ne sera plus jamais comme avant. Ce message n’était pas complètement faux.
Le retour dans le Nord amène une rupture et de là, l’envie de tout changer, de m’écouter, de partir… Trois jours passent, et je pars en direction de l’Auvergne pour y trouver un logement. A peine deux semaines plus tard, je posais mon futon dans mon nouveau logement.

WP_20160717_001

Retour dans le Cantal peu après avec mes affaires

En psychologie de comptoir, on pourrait relier ça à la fuite.
En creusant un peu plus, à un projet mis de côté que la rupture serait venue embraser.
Ou juste à une facilité de scénario, qui sait.

 

WP_20160813_007

Le bonheur du buisson de menthe !

Nous voici donc dans le Cantal, Anouk, Baz, Cookies, Dog et moi.

J’aspire – avec ce blog – à vous partager nos aventures, nos rencontres, nos projets, ou tout ce qui nous concerne de près ou de loin.